Institution Notre Dame - Saint Ferdinand
Chartres

Série S

La filière S a pour objectifs d’amener les élèves à l’acquisition d’une culture générale pluridisciplinaire, de l’autonomie dans le raisonnement et des compétences scientifiques.

Elle propose:

  • Un tronc commun d’enseignements généraux
  • Un accompagnement personnalisé
  • Des enseignements de spécialités (Mathématiques , PC , SVT, ISN)

Pour qui ?
La filière S est adaptée aux lycéens qui sont intéressés par les disciplines scientifiques, motivés par l’approche expérimentale.

Etant donnée l’importance des mathématiques dans cette série, il faut avoir un certain gout et des aptitudes pour l’abstraction, et pouvoir assimiler rapidement les informations qui sont données en cours.

Quel est le programme ?

La spécialité Informatique et Sciences du Numérique (ISN)

La spécialité ISN aborde les nombreux sujets liés à l’informatique.

Par exemple, nous nous intéressons à comprendre comment fonctionne un ordinateur, un réseau, un robot. Nous étudions comment est représentée l’information, comment elle est cryptée, compressée, stockée… et quels sont les mécanismes et les contraintes liées à la diffusion de l’information numérique.

Nous abordons aussi les bases de l’algorithmique (comment trier un ensemble de valeurs, comment crypter une image,…) et de la programmation, en utilisant comme langage exemple le langage PYTHON.

Enfin, la spécialité ISN comprend une initiation à la robotique, et de la programmation d’un robot.

Une large part est consacrée aux projets, qui peuvent être très variés (programmation d’un site web, d’un jeu vidéo, d’un algorithme particulier, robotique, manipulation d’images, de vidéos ou de sons,…)

Pour qui ?
Si vous êtes motivés pour comprendre ce qu’est l’Informatique, si vous ne voulez pas êtres de simples consommateurs numériques, que vous souhaitez créer vos propres solutions informatiques, si vous vous posez les questions suivantes :

  • Comment circule l’information numérique ?
  • Comment sont codées ces informations ?
  • Comment « fonctionne » un ordinateur, un smartphone ?
  • Comment est « fabriquée » une image numérique ?
  • Comment fonctionne un robot ?
  • Comment « écrire » un programme informatique ?

A qui appartient une information numérique ? Est-ce que je peux vraiment supprimer les infos de mon compte FaceBook ? Peut-on utiliser ou diffuser n’importe quelle image ?

Alors la spécialité ISN vous passionnera.

Quel bénéfice ?
Cette spécialité ne fera pas de vous des experts de l’informatique et du numérique, mais vous donnera des bases solides en informatique pour toutes poursuites d’études. Elle vous permettra aussi de :

  • Être sensibilisé aux problématiques actuelles liés à l’informatique et au numérique
  • Meilleure connaissance du sujet pour une poursuite d’étude dans le domaine de l’informatique et des sciences du numérique : IUT informatique, BTS SIO, licence d’informatique, écoles d’ingénieurs

En pratique

  • 2 heures de spécialité par semaine, quelques cours, mais beaucoup d’activités pratiques et de projets en groupe.
  • Évaluation au bac, sous la forme d’un oral de 20 minutes maximum, au cours duquel vous présenterez un projet que vous aurez réalisé en cours d’année, et que vous aurez décrit dans un rapport de 5 à 10 pages.
  • La matière a un coefficient 2 au bac.

La spécialité Maths

La spécialité Mathématiques aborde la discipline, d’une façon différente, en privilégiant la résolution de problèmes concrets. Les contenus, qui sont définis par le programme, sont plus ou moins approfondis selon les besoins posés par les problèmes choisis (dont une liste est donnée par le programme).

Les thèmes étudiés sont l’arithmétique, les matrices, les probabilités et les suites, dans leur application à la cryptographie, à la compression de données, aux modèles de diffusion…

Les mathématiques appliquées sont omniprésentes dans notre monde. Par exemple, nous étudions le codage RSA (utilisé pour les transactions bancaires), la compression en mp3 ou jpeg, les calculs d’itinéraire par un GPS, ou l’algorithme de Page Rank, qui a fait la fortune de Google.

Pour qui ?
La spécialité s’adresse bien entendu aux plus matheux des lycéens.

Elle est tout spécialement recommandée à ceux qui visent les cursus d’ingénieurs en passant par les classes préparatoires aux grandes écoles.

Quel bénéfice ?
Avec un programme plus intéressant qu’en tronc commun, et qui est d’une autre richesse, l’option Maths permet une approche différente de la matière.

La spécialité permet, grâce au travail en petit groupe et à l’effectif limité, de progresser au niveau des raisonnement en utilisant des raisonnements moins courants en tronc commun (par l’absurde, par disjonction des cas…)

De plus, les raisonnements et les contenus étudiés sont utiles pour ceux qui se destinent aux classes préparatoires.

Enfin, c’est aussi la possibilité de distinguer son dossier dans l’optique des CPGE.

En pratique

  • 2 heures de spécialité par semaine,
  • La matière a un coefficient 2, l’évaluation au bac est combinée avec l’épreuve de mathématiques, qui voit donc son coefficient passer de 7 à 9.
  • Une seule épreuve à l’examen, pour la partie “obligatoire” et la spécialité. La partie “obligatoire” de l’épreuve est notée sur 15 points, un exercice portant sur le programme de spécialité porte sur 5 points.

La spécialité Physique-Chimie (PC)

Cette spécialité permet d’approfondir le programme de Physique-Chimie de Terminale S, en abordant sous un angle résolument axé sur la pratique expérimentale, l’analyse et la synthèse de documents scientifiques, la résolution de problèmes.

Les objectifs sont les suivants :

  • préparer l’élève à une poursuite d’études scientifiques en consolidant son choix d’orientation
  • permettre d’affirmer sa maîtrise de la démarche scientifique ainsi que celle des pratiques expérimentales
  • valider ses compétences dans la discipline.

Trois thèmes sont proposés :

  • L’eau
  • Son et musique
  • Matériaux

Pour qui ?
Vous devez bien entendu avoir un certain sens scientifique ! Idéalement, afin de tirer profit de cet enseignement vous êtes également :

  • intéressé par la physique et la chimie,
  • intéressé par les sciences expérimentales,
  • rigoureux, curieux, et motivé.

Quels bénéfices ?
A l’issue de l’année, vous aurez conforté vos compétences en physique et chimie, et disposerez d’un atout supplémentaire pour vous engager dans des études supérieures en BTS ou IUT de Chimie, en CPGE ou à l’université dans ces matières. C’est une spécialité intéressante, notamment si vous vous destinez à une carrière universitaire dans ces domaines.

De plus, largement basées sur l’expérience, les séances de spécialité de sciences physiques permettent d’acquérir des savoirs-faire indispensables pour l’épreuve expérimentale de fin d’année, comptant pour 4 points dans la note totale de sciences physiques.

En pratique
L’horaire hebdomadaire de l’enseignement de spécialité en terminale S est de 2 heures.

Au baccalauréat, l’épreuve de sciences physiques a un coefficient 8 pour les candidats ayant choisi l’enseignement de spécialité (contre 6 pour les autres). Le sujet proposé à ces candidats diffère par un des exercices, noté sur 4 à 5 points. Cet exercice porte uniquement sur le programme de spécialité (qui peut être lié à celui de tronc commun, notamment en chimie).

La spécialité Sciences de la Vie et de la Terre (SVT)

L’enseignement de spécialité de sciences de la vie et de la Terre prépare l’élève à une poursuite d’études dans ces domaines scientifiques en renforçant l’acquisition des connaissances et démarches spécifiques qui y sont associées.

L’enseignement est délibérément concret. Les objectifs de connaissance sont ainsi modestes, mais ils doivent être acquis grâce à la mise en œuvre de démarches d’investigation (fondées sur les quatre compétences que sont le raisonnement, l’observation, l’habileté expérimentale, le débat argumenté) qui offrent une place prépondérante à l’initiative de l’élève, au développement de son autonomie et de ses compétences.

Les thèmes abordés permettront notamment de développer par la pratique des capacités méthodologiques portant sur la microscopie, l’expérimentation (éventuellement assistée par ordinateur), l’analyse du terrain, la recherche documentaire, la modélisation numérique, …

Au cours de l’année, les lycéens abordent 3 thèmes fixés par les programmes officiels :

  • La terre dans l’univers, la vie et l’évolution de la vie
    L’objectif est de mieux cerner le métabolisme énergétique d’une cellule vivante, en cherchant à comprendre d’où provient l’énergie indispensable à son activité, sous quelle forme cette énergie est disponible, et enfin la façon dont une cellule musculaire gère l’énergie dont elle a besoin.
  • Enjeux planétaires contemporains
    Il s’agit ici de mieux cerner les facteurs influençant le climat terrestre, et notamment comprendre les multiples interactions entre atmosphère, hydrosphère, lithosphère et biosphère, découvrir les témoins des climats passés, appréhender le principe des modèles actuels permettant de prédire le climat de demain.
  • Corps humain et santé
    L’enseignement vise à mieux comprendre une des maladies les plus fréquentes en France, le diabète, les symptômes, les causes, les conséquences et les moyens de prévention.

Pour qui ?
La spécialité SVT intéressera naturellement les jeunes qui souhaitent poursuivre des études de sciences expérimentales, ceux qui souhaitent suivre la filière médecine.

Si vous aimez l’étude du vivant et de la terre, si vous souhaitez vous familiariser avec les démarches expérimentales, choisissez la spécialité SVT.

Quel bénéfice ?
Cette spécialité est une bonne préparation aux études scientifiques supérieures, dans le domaine des SVT, notamment parce que l’accent est mis sur la méthodologie et sur l’expérimentation.

Les trois sujets proposés touchent trois domaines variés des SVT (biologie, climatologie, médecine) et leur pertinence en regard aux problèmes du monde contemporain séduisent les lycéens. Ce premier contact avec ces disciplines passionnantes permettent de confirmer ou de préciser les vocations des futurs bacheliers.

En pratique
2 heures de spécialité par semaine

L’épreuve de baccalauréat comporte deux parties :

  • une épreuve pratique de 4 heures, portant sur le programme commun de SVT ou le programme de spécialité, et noté sur 4 points.
  • une épreuve écrite de 3h30, noté sur 16 points, comportant un contrôle des connaissances (programme commun de SVT, 8 points), une évaluation de la capacité de raisonnement (programme commun de SVT, 3 points), et une évaluation de la pratique d’une démarche scientifique dans le cadre d’un problème scientifique (programme de spécialité, 5 points)

Que faire après un bac S ?

Que sont-ils devenus ?

Promotion 2013

  • Concours PACES (médecine, kiné, dentaire, pharmacie….)
  • CPGE scientifiques, économiques
  • Ecoles d’ingénieurs – classe préparatoire intégrée
  • IUT/BTS
  • Ecoles spécialisées (architecture, communication, commerces….)